Dinosaures, Politique toc

Peut-on avoir un dĂ©bat sain sur le prix de l’essence en France ?

C

e matin j’Ă©coutais M. CopĂ© parler de la crise de l’essence, du pĂ©trole, des rĂ©serves stratĂ©giques, et Ă  un moment donnĂ©, j’ai failli ĂŞtre intĂ©ressĂ©. Il faut dire que je m’Ă©tais mĂŞme persuadĂ© qu’Ă  force de parler de pĂ©trole on allait subrepticement faire glisser la conversation et se mettre Ă  parler de dinosaures. J’y croyais tellement que j’en suis mĂŞme venu Ă  penser Ă  propos de M. CopĂ© que « ce mec il est si calĂ© en dinosaures empĂ©trolisĂ©s que si ça se trouve il connait des tas de trucs cools sur les vĂ©lociraptors. » Et puis en fait non, après, il a dĂ©viĂ© sur l’impĂ©ritie crasse du nouveau gouvernement, sur le fait que la montĂ©e du prix de l’essence Ă©tait la faute des congĂ©s payĂ©s, ou des 35h, je ne sais plus, et les vĂ©lociraptors ont Ă©tĂ© une fois de plus Ă©vacuĂ©s du dĂ©bat comme de vulgaires roms renvoyĂ©s en Roumanie.

A ce moment-lĂ , j’aurais bien aimĂ© ĂŞtre un ministre socialiste – et pas seulement pour le prestige social rĂ©investissable en heures de galipettes dans un lit après levage de greluches militantes au congrès du Parti – pour pouvoir le remettre sur les rails, recentrer le dĂ©bat, et sauver la France. Ou alors, un ministre Ă©colo, comme ça en plus du prestige social, je n’aurais moralement pas l’obligation de me doucher tous les jours, et j’aurais eu le plaisir de piquer la place Ă  Jean-Vincent PlacĂ© en me contentant d’un entrisme forcenĂ© pour ĂŞtre nommĂ© ministre, ce qui face Ă  lui aurait suffit pour que je passe pour quelqu’un de dĂ©sintĂ©ressĂ©.

Si tel avait Ă©tĂ© le cas, Ă  n’en pas douter, j’aurais Ă©tĂ© invitĂ© Ă  tous les journaux tĂ©lĂ©visĂ©s pour parler de l’avenir de la France. Parfois, j’aurais Ă©tĂ© bien reçu pour que je ne remette pas en cause des contrats publics dans le bâtiment, parfois j’aurais Ă©tĂ© bien reçu pour que je ne remettre pas en cause la politique de dĂ©fense, parfois j’aurais Ă©tĂ© bien reçu pour que je ne remette pas en cause la direction de la chaĂ®ne que je pourrais nommer moi-mĂŞme, mais, un jour, fatalement, j’aurais dĂ» me retrouver face Ă  un vrai dĂ©bat et face Ă  un vrai contradicteur. Nous aurions alors pu avoir avec M. CopĂ© le dĂ©bat suivant :

« - la France consomme 29 milliards de litre d’essence par an Monsieur Sparfell ! Les rĂ©formes que vous proposez ne permettraient de diminuer le prix que d’un seul centime par litre ! C’est une Ă©conomie dĂ©risoire !
- non, mais M. CopĂ©, savez-vous que cette consommation annuelle de la France reprĂ©sente la dĂ©composition sur des millions et des millions d’annĂ©es de 500 000 vĂ©lociraptors, 200 000 stĂ©gosaurus, 400 000 000 fougères, et 18 milliards de libellules de la taille d’une twingo. Avec le prix de l’essence tel qu’il est actuellement, cela nous met le vĂ©lociraptor Ă  Ă  peine 50€ pièce, soit mĂŞme pas 2€ le kilo. MĂŞme pas le prix d’un mouton ! Vous vous rendez compte ?! Pour un vĂ©lociraptor, mĂŞme pas le prix d’un mouton ? Le gouvernement ne peut accepter cela.
- mais…meuh…enfin…Monsieur Sparfell… que dites-vous ? Cet argument est complètement contraire Ă  votre position, dans ce cas-lĂ , il faudrait augmenter les prix et…
- ah, ne m’interrompez pas ! Je soutiens la position du gouvernement qui a toujours Ă©tĂ© la mĂŞme.
- vous, ne m’interrompez pas ! De toute façon, les français se FICHENT Ă©perdument du vĂ©lociraptor ! Ce qui les intĂ©ressent, c’est le prix de leur essence pas ces…
- mais pas dutout Monsieur CopĂ©, on ne se fout PAS du vĂ©lociraptor ! Si on se fout du vĂ©lociraptor il vous mange, et ça c’est dangereux. Et en plus que l’essence est le seul contact que les Français auront avec ces magnifiques bĂŞtes qui…
- de toute manière, il est impossible de faire baisser le prix de l’essence, ne serait-ce que d’un seul centime, sans faire exploser la dette de l’État. Encore une fois, c’est les vieilles recettes socialistes : on augmente les impĂ´ts et le nombre de fonctionnaires ! C’est le droit de grève qui nous a mis dans cette panade.
- mais enfin, Monsieur CopĂ©, cessez de parler du prix de l’essence, les gens veulent entendre parler des vrais problèmes ! Et les vrais problèmes, c’est les vĂ©lociraptors ! Savez-vous seulement Ă  quelle vitesse pouvait courir un vĂ©lociraptor ?
- mais…mais mais mais… de quoi nous parlez-vous Ă  la fin ? Je sais bien que les socialistes n’ont pas pour habitude de se pencher sur les problèmes quotidiens des français, mais faites un effort pour vous intĂ©resser Ă  eux. Il faut ouvrir les portes et les fenĂŞtres !
- mais comment pouvez-vous dire que je suis gauchiste ? Je sais bien que les vĂ©lociraptors avaient une griffe rĂ©tractile très puissante, ce qui Ă©tait bien pratique pour  ouvrir en deux le ventre d’un bourgeois, mais enfin, tout de mĂŞme, c’est un petit peu court comme argument…
- Monsieur Sparfell, ça suffit, je vous l’ai dĂ©jĂ  dit, ce sujet n’intĂ©resse pas les français ! Le prix de l’essence va augmenter Ă  cause des consĂ©quences du passage Ă  la semaine de 60 heures en 1848 ! La TIPP ne peut pas ĂŞtre ajustĂ©e sans faire perdre plusieurs milliards Ă  l’État !
- au contraire, ce sujet passionne les Français ! Combien d’entre eux savent comment est ajustĂ©e la TIPP, alors que presque tous savent qu’il est probable que les pattes antĂ©rieures du vĂ©lociraptor Ă©taient couvertes de longues plumes, ce qui lui permettait de rĂ©guler sa course Ă  la manière des autruches ? Il est très important que la France dispose enfin d’une politique vĂ©lociraptale car…
- mais nous n’avons que faire des vĂ©lociraptors ! Ce que nous voulons c’est amĂ©liorer la compĂ©titivitĂ© des entreprises qui sont grevĂ©es par les charges sociales !
- ça suffit ! Vous ne m’avez pas interrompu alors ne m’interrompez pas !!!!! Euh, je voulais dire, je ne vous ai pas interrompu, alors ne n’interrompez pas !
- vous, ne m’interrompez pas !
- non, vous, ne m’interrompez pas !
- non, vous !
- vous !
- mais non, c’est vous qui m’avez interrompu !
- allons bon, c’est vous !
- mais non, c’est vous voyons !
- je n’en ferais rien.
- moi de mĂŞme.
- je vous en prie.
- Moi, vĂ©lociraptor, je ne courrais pas bĂŞtement en Ă©quilibrant ma course Ă  l’aide de plumes Ă  la manière des autruches. Moi, vĂ©lociraptor, je ne volerais pas d’Ĺ“ufs de triceratops. Moi, vĂ©lociraptor, je ne poursuivrais pas d’adolescents dans les cuisines. Moi, vĂ©lociraptor, je ne me prĂ©occuperais plus de la marche du troupeau de diplodocus. Moi, vĂ©lociraptor, je me brosserais les dents tous les jours. Moi, vĂ©lociraptor, je…
- euh, non Monsieur CopĂ©, je tiens Ă  vous rappeler que votre stratĂ©gie dans la conquĂŞte de l’UMP consiste Ă  tout copier sur M. Sarkozy car il plait au militant avant de laisser tomber cette ligne une fois Ă©lu car il est impopulaire, et non Ă  tout copier sur M. Hollande.
- ah oui, pardon, je m’Ă©gare…. ne m’interrompez pas !
- mais je ne vous ai pas interrompu, je n’ai rien dit !
- ne m’interrompez pas ! Dites la vĂ©ritĂ© aux Français… le vĂ©lociraptor vient de Roumanie, et a crĂ©Ă© de nombreux problèmes aux paisibles dinosaures herbivores français ! Il faut les renvoyer dans leur pays !
- mais enfin, pas dutout Monsieur CopĂ© ! Le vĂ©lociraptor vient de Mongolie… vraiment, Monsieur CopĂ©, vous ne connaissez strictement rien aux vĂ©lociraptors… », puis, prenant une mine contrite, je rajouterais en dodelinant de la tĂŞte, en regardant dans le vide et en levant plusieurs fois les bras en signe d’impuissance « Et ça veut gouverner la France…….. Et ça veut gouverner la France…… »

Comme on le voit, la rĂ©ponse est malheureusement non : il est absolument impossible en France d’avoir un dĂ©bat sain sur l’essence. L’opposition ne fait rien que de dĂ©tourner l’opinion des vĂ©lociraptors, et, comme c’est bien connu, si on dĂ©tourne son attention d’un vĂ©lociraptor, c’est la fin.

/Arsène Sparfell, ministre socialiste après avoir Ă©tĂ© prĂ©sident de la fĂ©dĂ©ration socialiste du Gard Ă©lu par 158% des adhĂ©rents, ou ministre Ă©colo inconnu jamais Ă©lu balancĂ© au gouvernement pour ne pas faire d’ombre Ă  ceux qui n’y sont point rentrĂ©s.

Mots-clefs :, , ,

S'il vous plaîiit, c'est pas pour manger mais quand même... un p'tit partage ?

Laisser un commentaire

Un commentaire pour “Peut-on avoir un dĂ©bat sain sur le prix de l’essence en France ?”

  1. Yo ! Com toujour, le premièr et le seul !