Dinosaures, Politique toc

Peut-on avoir un débat sain sur le prix de l’essence en France ?

C

e matin j’écoutais M. Copé parler de la crise de l’essence, du pétrole, des réserves stratégiques, et à un moment donné, j’ai failli être intéressé. Il faut dire que je m’étais même persuadé qu’à force de parler de pétrole on allait subrepticement faire glisser la conversation et se mettre à parler de dinosaures. J’y croyais tellement que j’en suis même venu à penser à propos de M. Copé que « ce mec il est si calé en dinosaures empétrolisés que si ça se trouve il connait des tas de trucs cools sur les vélociraptors. » Et puis en fait non, après, il a dévié sur l’impéritie crasse du nouveau gouvernement, sur le fait que la montée du prix de l’essence était la faute des congés payés, ou des 35h, je ne sais plus, et les vélociraptors ont été une fois de plus évacués du débat comme de vulgaires roms renvoyés en Roumanie.

A ce moment-là, j’aurais bien aimé être un ministre socialiste – et pas seulement pour le prestige social réinvestissable en heures de galipettes dans un lit après levage de greluches militantes au congrès du Parti – pour pouvoir le remettre sur les rails, recentrer le débat, et sauver la France. Ou alors, un ministre écolo, comme ça en plus du prestige social, je n’aurais moralement pas l’obligation de me doucher tous les jours, et j’aurais eu le plaisir de piquer la place à Jean-Vincent Placé en me contentant d’un entrisme forcené pour être nommé ministre, ce qui face à lui aurait suffit pour que je passe pour quelqu’un de désintéressé.

Si tel avait été le cas, à n’en pas douter, j’aurais été invité à tous les journaux télévisés pour parler de l’avenir de la France. Parfois, j’aurais été bien reçu pour que je ne remette pas en cause des contrats publics dans le bâtiment, parfois j’aurais été bien reçu pour que je ne remettre pas en cause la politique de défense, parfois j’aurais été bien reçu pour que je ne remette pas en cause la direction de la chaîne que je pourrais nommer moi-même, mais, un jour, fatalement, j’aurais dû me retrouver face à un vrai débat et face à un vrai contradicteur. Nous aurions alors pu avoir avec M. Copé le débat suivant :

« - la France consomme 29 milliards de litre d’essence par an Monsieur Sparfell ! Les réformes que vous proposez ne permettraient de diminuer le prix que d’un seul centime par litre ! C’est une économie dérisoire !
- non, mais M. Copé, savez-vous que cette consommation annuelle de la France représente la décomposition sur des millions et des millions d’années de 500 000 vélociraptors, 200 000 stégosaurus, 400 000 000 fougères, et 18 milliards de libellules de la taille d’une twingo. Avec le prix de l’essence tel qu’il est actuellement, cela nous met le vélociraptor à à peine 50€ pièce, soit même pas 2€ le kilo. Même pas le prix d’un mouton ! Vous vous rendez compte ?! Pour un vélociraptor, même pas le prix d’un mouton ? Le gouvernement ne peut accepter cela.
- mais…meuh…enfin…Monsieur Sparfell… que dites-vous ? Cet argument est complètement contraire à votre position, dans ce cas-là, il faudrait augmenter les prix et…
- ah, ne m’interrompez pas ! Je soutiens la position du gouvernement qui a toujours été la même.
- vous, ne m’interrompez pas ! De toute façon, les français se FICHENT éperdument du vélociraptor ! Ce qui les intéressent, c’est le prix de leur essence pas ces…
- mais pas dutout Monsieur Copé, on ne se fout PAS du vélociraptor ! Si on se fout du vélociraptor il vous mange, et ça c’est dangereux. Et en plus que l’essence est le seul contact que les Français auront avec ces magnifiques bêtes qui…
- de toute manière, il est impossible de faire baisser le prix de l’essence, ne serait-ce que d’un seul centime, sans faire exploser la dette de l’État. Encore une fois, c’est les vieilles recettes socialistes : on augmente les impôts et le nombre de fonctionnaires ! C’est le droit de grève qui nous a mis dans cette panade.
- mais enfin, Monsieur Copé, cessez de parler du prix de l’essence, les gens veulent entendre parler des vrais problèmes ! Et les vrais problèmes, c’est les vélociraptors ! Savez-vous seulement à quelle vitesse pouvait courir un vélociraptor ?
- mais…mais mais mais… de quoi nous parlez-vous à la fin ? Je sais bien que les socialistes n’ont pas pour habitude de se pencher sur les problèmes quotidiens des français, mais faites un effort pour vous intéresser à eux. Il faut ouvrir les portes et les fenêtres !
- mais comment pouvez-vous dire que je suis gauchiste ? Je sais bien que les vélociraptors avaient une griffe rétractile très puissante, ce qui était bien pratique pour  ouvrir en deux le ventre d’un bourgeois, mais enfin, tout de même, c’est un petit peu court comme argument…
- Monsieur Sparfell, ça suffit, je vous l’ai déjà dit, ce sujet n’intéresse pas les français ! Le prix de l’essence va augmenter à cause des conséquences du passage à la semaine de 60 heures en 1848 ! La TIPP ne peut pas être ajustée sans faire perdre plusieurs milliards à l’État !
- au contraire, ce sujet passionne les Français ! Combien d’entre eux savent comment est ajustée la TIPP, alors que presque tous savent qu’il est probable que les pattes antérieures du vélociraptor étaient couvertes de longues plumes, ce qui lui permettait de réguler sa course à la manière des autruches ? Il est très important que la France dispose enfin d’une politique vélociraptale car…
- mais nous n’avons que faire des vélociraptors ! Ce que nous voulons c’est améliorer la compétitivité des entreprises qui sont grevées par les charges sociales !
- ça suffit ! Vous ne m’avez pas interrompu alors ne m’interrompez pas !!!!! Euh, je voulais dire, je ne vous ai pas interrompu, alors ne n’interrompez pas !
- vous, ne m’interrompez pas !
- non, vous, ne m’interrompez pas !
- non, vous !
- vous !
- mais non, c’est vous qui m’avez interrompu !
- allons bon, c’est vous !
- mais non, c’est vous voyons !
- je n’en ferais rien.
- moi de même.
- je vous en prie.
- Moi, vélociraptor, je ne courrais pas bêtement en équilibrant ma course à l’aide de plumes à la manière des autruches. Moi, vélociraptor, je ne volerais pas d’œufs de triceratops. Moi, vélociraptor, je ne poursuivrais pas d’adolescents dans les cuisines. Moi, vélociraptor, je ne me préoccuperais plus de la marche du troupeau de diplodocus. Moi, vélociraptor, je me brosserais les dents tous les jours. Moi, vélociraptor, je…
- euh, non Monsieur Copé, je tiens à vous rappeler que votre stratégie dans la conquête de l’UMP consiste à tout copier sur M. Sarkozy car il plait au militant avant de laisser tomber cette ligne une fois élu car il est impopulaire, et non à tout copier sur M. Hollande.
- ah oui, pardon, je m’égare…. ne m’interrompez pas !
- mais je ne vous ai pas interrompu, je n’ai rien dit !
- ne m’interrompez pas ! Dites la vérité aux Français… le vélociraptor vient de Roumanie, et a créé de nombreux problèmes aux paisibles dinosaures herbivores français ! Il faut les renvoyer dans leur pays !
- mais enfin, pas dutout Monsieur Copé ! Le vélociraptor vient de Mongolie… vraiment, Monsieur Copé, vous ne connaissez strictement rien aux vélociraptors… », puis, prenant une mine contrite, je rajouterais en dodelinant de la tête, en regardant dans le vide et en levant plusieurs fois les bras en signe d’impuissance « Et ça veut gouverner la France…….. Et ça veut gouverner la France…… »

Comme on le voit, la réponse est malheureusement non : il est absolument impossible en France d’avoir un débat sain sur l’essence. L’opposition ne fait rien que de détourner l’opinion des vélociraptors, et, comme c’est bien connu, si on détourne son attention d’un vélociraptor, c’est la fin.

/Arsène Sparfell, ministre socialiste après avoir été président de la fédération socialiste du Gard élu par 158% des adhérents, ou ministre écolo inconnu jamais élu balancé au gouvernement pour ne pas faire d’ombre à ceux qui n’y sont point rentrés.

Mots-clefs :, , ,

S'il vous plaîiit, c'est pas pour manger mais quand même... un p'tit partage ?

Laisser un commentaire

Un commentaire pour “Peut-on avoir un débat sain sur le prix de l’essence en France ?”

  1. Yo ! Com toujour, le premièr et le seul !